• Sainte Cécile

    Je viens de terminer la lecture du livre "Les violons du Roi" de Jean Diwo :

    Le roman d'une poignée d'artisans de génie installés à Crémone, dont Antonio Stradivari, le plus grand luthier de tous les temps, qui achève de transformer le violon vulgaire et grinçant des ménétriers en instrument royal.

    Durant plus de soixante ans, l'atelier de Stradivari livre aux rois et aux princes des violons aux sons et aux vernis magiques, jamais égalés depuis. (source Gallimard.fr)

     

    Et je vais enchaîner avec :

    Mozart, L'itinéraire Sentimental, écrit par Eve Ruggiéri.

    Sainte Cécile

     Eve Ruggiéri, celle qui a su nous faire partager sa passion pour l'histoire et la musique. Elle a choisi de faire revivre Mozart sous l'éclairage particulier de ses relations avec les femmes. Ce qui fait de ce livre non pas "un Mozart de plus" mais un "plus" sur Mozart. 

    (extrait quatrième de couverture)

     

    Sainte Cécile

    En ce jour de Sainte Cécile, Patronne des musiciens, je lève mon verre de Beaujolais nouveau à la santé de tous mes amis musiciens, en espérant les revoir bientôt !!!


    33 commentaires
  • Vovo

    C'était le 25 octobre dernier, aux Saintes Maries de la Mer...

    Une visite à Sara, Sainte Patronne des Gitans, dans la crypte de l'église.

     

    Vovo

    Une balade en ville et au bord de l'étang des Launes, il y a des flamants roses partout (même un albinos), il y en a qui sont plus facile à approcher que d'autres.

     

    Vovo

    Incontournable également, une visite à "Vovo", la star des taureaux camarguais. 

    Vovo, né en 1944, est un taureau cocardier de race camarguaise. Sa carrière se situe entre 1947 et 1954. Sa statue se dresse devant l'entrée des arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer depuis 2010. Elle est l'œuvre du sculpteur anglais Peter Eugene Ball.

     La course camarguaise est un sport dans lequel les participants tentent d'attraper des attributs primés fixés au frontal et aux cornes d'un taureau appelé cocardier ou biòu (bœuf en provençal). Il n'y a jamais de mise à mort.

     

    Vovo

    Et pour terminer, une image " volée" sur un camping car, juste pour le rêve....

    Je vous souhaite une belle fin de semaine !!!


    19 commentaires
  • Le sentier de la douane

    Je viens de terminer la lecture de "La Bachelière de Landouzy", un 11 novembre ce n'est que pure coïncidence, un livre trouvé dans une borne d'échange :

     Non loin du village de Landouzy, entre Sambre et Meuse, dans les profondeurs de la forêt ardennaise, passe «le sentier de la douane»...Hommes et femmes, audacieux et rusés, pour passer en fraude liqueurs, café et tabac, mènent contre les douaniers un âpre combat quotidien.

    En août 1914, ce combat s'interrompt : les Allemands sont là. D'un même cœur, alors, «fonceurs» et fonctionnaires s'attaquent à l'occupant qui les opprime et les traque. Mais la guerre terminée, tous se retrouveront, plus acharnés encore qu'autrefois, pour s'affronter à nouveau sauvagement.

    Au cœur des bois et des fagnes humides de cette contrée «des rièzes et des sarts» – le pays des quatre fils Aymon –, au milieu d'un peupIe farouche, se détachent la douce figure d'Anne, la bachelière, et celle de l'intrépide contrebandier, Henri, qu'on appelle «le Colonel».

    Auteur Marc Blancpain : date de sortie 11/09/1984

     

    Le sentier de la douane

    Terminé aussi la bouteille de Jägermeister, ce n'est plus qu'un souvenir...

     

    Le sentier de la douane

    " Le logo de la marque représente une tête de cerf surmontée d'une croix rougeoyante entre ses bois. Cette croix est une référence à saint Hubert et à saint Eustache, saints patrons des chasseurs ". (source Wikipédia)

    Souvenir d'une liqueur à base de plantes que je buvais en Italie il y a très longtemps. J'étais intrigué par la croix entre les les bois du cerf sur l'étiquette et j'avais réussi, malgré la barrière de la langue, à me faire expliquer la signification, à l'époque internet n'existait pas...

     

    Le sentier de la douane

    " Depuis des siècles, on raconte l’histoire du chasseur Hubert, né à Toulouse autour de l’an 657. Hubert vivait sur le territoire aujourd’hui connu comme celui de la France et il avait une grande passion : la chasse. Malheureusement, il n’avait pas un grand sens des responsabilités. C’était un chasseur sans scrupules et avare.

    Lors d’une excursion, tout bascule. Un énorme cerf lui apparaît dans la brousse, s’approchant de lui. Entre ses ramures rayonne une croix. Hubert est bouche bée. Reconnaissant cette apparition comme un signe de Dieu, il jure de devenir meilleur. Dès lors, il joint l’église et devient missionnaire. Selon la légende, il est nommé évêque de Tongern en 705. Autour de 717, il élit domicile à Liège, en Belgique, où il ordonne la construction d’une cathédrale et où il est reconnu pour sa bienveillance. Peu de temps après, les habitants de Liège le désignent comme patron de la ville. Le 30 mai 727, l’évêque Hubert meurt, et, à ce jour, il est encore considéré comme le saint patron des chasseurs ". Source internet

     

    P.S. Ne cherchez pas le rapport entre le livre et la bouteille, il n'y en a pas, si ce n'est qu'ils se trouvaient sur la même étagère....wink2

     
    ( Vous le savez, j'adore les légendes...)

    23 commentaires
  • L'âne et le chien

    Une fresque murale que j'avais prise en photo en septembre 2011, dans un petit village du département de l'Ain, au nord de Belley, à l'occasion de la fête de l'âne.

     

    L'âne et le chien :

     Il se faut entraider, c'est la loi de nature :

                L'Âne un jour pourtant s'en moqua :

                Et ne sais comme il y manqua ;

                Car il est bonne créature.

    Il allait par pays accompagné du Chien,

                Gravement, sans songer à rien,

                Tous deux suivis d'un commun maître.

    Ce maître s'endormit : l'Âne se mit à paître :

                 Il était alors dans un pré,

                 Dont l'herbe était fort à son gré.

    Point de chardons pourtant ; il s'en passa pour l'heure :

    Il ne faut pas toujours être si délicat ;

                 Et faute de servir ce plat

                 Rarement un festin demeure.

                 Notre Baudet s'en sut enfin

    Passer pour cette fois. Le Chien mourant de faim

    Lui dit : Cher compagnon, baisse-toi, je te prie ;

    Je prendrai mon dîné dans le panier au pain.

    Point de réponse, mot ; le Roussin d'Arcadie

                 Craignit qu'en perdant un moment,

                 Il ne perdît un coup de dent.

                 Il fit longtemps la sourde oreille :

    Enfin il répondit : Ami, je te conseille

    D'attendre que ton maître ait fini son sommeil ;

    Car il te donnera sans faute à son réveil,

                 Ta portion accoutumée.

                 Il ne saurait tarder beaucoup.

                 Sur ces entrefaites un Loup

    Sort du bois, et s'en vient ; autre bête affamée.

    L'Âne appelle aussitôt le Chien à son secours.

    Le Chien ne bouge, et dit : Ami, je te conseille

    De fuir, en attendant que ton maître s'éveille ;

    Il ne saurait tarder ; détale vite, et cours.

    Que si ce Loup t'atteint, casse-lui la mâchoire.

    On t'a ferré de neuf ; et si tu me veux croire,

    Tu l'étendras tout plat. Pendant ce beau discours

    Seigneur Loup étrangla le Baudet sans remède.

    Je conclus qu'il faut qu'on s'entraide.

     

    Contrairement à Jean de La Fontaine, cette image m'inspire une autre conclusion : " comme une invitation à prendre le maquis, pas vous ??? "

     

    Je vous souhaite un bon week-end !!!


    29 commentaires
  • Un vol de pigeons domestiques,

    deux photos prises depuis mon balcon hier matin : (confinement oblige)

    Ce sont les mêmes mais éclairés sous un angle différent par le soleil,

    recto-verso si vous préférez....wink2

     

    ( Un dessin que j'avais déjà posté le 20 mars dernier mais il est toujours d'actualité...)

     

    Pigeon vole...

     

     Je vous souhaite un bon dimanche !!!


    36 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires