• Le Tambourinaïre

    Hier ce fut une journée "Tambourinaire" pour moi. Un tambourinaire est, en Provence, un joueur de galoubet et tambourin. On prononce tambourinaïre et ce nom peut être écrit ainsi en français. (source wikipédia)

     

    Le Tambourinaïre

    D'une part parce que j'ai reçu "Les Contes du Tambourinaire" un livre que j'avais commandé, écrit par Jean COUTAREL.

     

    Le Tambourinaïre

    Et l'après midi je suis tombé complètement par hasard sur Jean François GEROLD et ses musiciens, au marché de Noël à Tarascon. Je vous ai souvent parlé du groupe "Le Condor" ici mais c'est la première fois que je le rencontrais. (J'étais venu pour la foire aux santons)

     

    Le Tambourinaïre

    Je préfère les rencontres dans la rue, c'est plus conviviale que sur scène........

     

    Le Tambourinaïre

    Beaucoup trop de monde dans les rues wink2, il était plus facile de voir des santons de taille humaine que les véritables santons !!!!

     

    J'aurai l'occasion de vous reparler des Contes du Tambourinaire quand je les aurai Re-relu, mais là on va se faire un petit plaisir, "Amazing grace" :

    ça faisait longtemps, non ??? winktongue

    Vous pouvez regarder en plein écran, cliquez sur le petit carré en bas à droite,

    pour revenir en mode normal appuyez sur la touche "echap".

     

     

     


    7 commentaires
  • Il est venu à Port Saint Louis et je n'étais pas là, dommage...............cry

     

    En juillet 2014, je vous avais présenté une drôle de machine vue aux Gêts (Haute Savoie) :  l'Orgarêve imaginé par Alain BENZONI et construit par Christian FOURNIER : cors des alpes, bouteillophone, cloches de vache, piano mécanique, accordéon, percussions........... Tous les instruments fonctionnent réellement mais je n'avais pas trop aimé la musique, j'espère qu'il a trouvé des cartons plus mélodieux........... yes

     

    Je me souviens qu'à l'époque l'Orgarêve était destiné à équiper un manège,

    apparemment le projet est réussi. Bravo à son réalisateur !!!!


    8 commentaires
  • Avant que les scies mécaniques ne fussent inventées, au nord ouest des Etats-Unis et au Canada sur la côte du Pacifique, il y avait des forêts remplies d'arbres géants et la coupe de ces arbres se faisait à la main.

    Regardez la taille de la scie et celle des haches pour effectuer ce travail.......

     

    Il fallait ensuite débiter les troncs et les descendre à l'aide de treuils jusqu'à la voie ferrée puis les hisser sur les wagons pour les acheminer jusqu'à la scierie.

     

    Longtemps avant que quelqu'un  n'ait imaginé les maisons mobiles ou motorisées, des immenses billots creusés étaient aussi utilisés pour loger les équipes de travailleurs qui coupaient les arbres.

     

    Et voici l'intérieur de la "Roulotte"..........

    Je ne sais pas vous mais moi ça me fait rêver !!!

    (Merci à mon ami Jean-Louis pour m'avoir envoyé ce documentaire.)


    11 commentaires
  • 25 ans !!!

    Il y a 25 ans, le 15 août 1992, je tournais la manivelle d'un Limonaire pour la première fois à Yenne (Savoie). Je m'en souviens c'est l'année de naissance de ma fille. Ce jour là j'ai rencontré complètement par hasard Robert JOUD, un collectionneur passionné et aussitôt une amitié est née. Il m'a prêté ses instruments en attendant que je puisse m'en acheter un..........

     

    25 ans !!!

    Un véritable Limonaire 42 touches, Limonaire est un nom propre qui s'est vulgarisé au fil des années. Le voici de face, à Belley (01) l'année suivante.

     

    25 ans !!!

    Vingt cinq années de bonheur, de voyages, de rencontres, le tout au son d'un instrument magique......... L'orgue de barbarie !!!

    Estoublon les  22 & 23 juillet dernier.

     

    25 ans !!!

    Merci donc à mon ami Robert JOUD, ici pour une fête du four en 2004

    à Ordonnaz (01), c'est grâce à lui si j'ai pu vivre cette belle aventure !!!


    8 commentaires
  •  

    Les insomnies ont parfois du bon, cela permet de s'évader............ 

    Jack et la mécanique du coeur

    Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter 3 lois: premièrement ne pas toucher à ses aiguilles, deuxièmement maîtriser sa colère et surtout ne jamais Ô grand jamais, tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel un Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais, à Paris jusqu'aux portes de l'Andalousie. (Source Allociné)

     

     

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires