• la Miaulemort

    Dominique et sa vielle (avec son aimable autorisation)

    pour la fête de la soupe à Port Saint Louis du Rhône le 14 mars 2015. (Photos persos)

     

    la MiaulemortLa vielle à roue est un instrument à cordes frottées par une roue en bois, comme un archet sur un violon. La roue est tournée avec une manivelle, pendant que la main gauche du musicien joue la mélodie sur un clavier. Contrairement à la manivelle de l'orgue de barbarie qu'il faut tourner régulièrement, la manivelle de la vielle demande une technique très particulière, il faut avoir "le coup de poignet" du ménétrier (joueur de vielle).

    La vielle se marie bien avec la cornemuse, deux instruments toujours très présents dans le folklore notamment du centre de la France....

     

     

    " La Miaulemort " c'est un livre que j'ai emprunté à la médiathèque..........

     

    la Miaulemort

     Au coeur du Berry, début du XXe siècle...

    Entre étangs et marais, le petit Silvain Brisaille vit avec ses parents dans la pure tradition des fermiers brennous. Le père, Xavier, a interdit à son fils d'aller au-delà de l'étang des Touchières où sévirait la Miaulemort, une créature monstrueuse. Un jour pourtant, en entendant au loin le son d'une étrange musique, Silvain désobéit. Et découvre, dans une masure vétuste, un vieillard jouant de la vielle. Cette rencontre insolite entre l'enfant des marais et le vieux saltimbanque éveille la fureur de Xavier, agriculteur despotique, qui s'use à travailler la terre...

    Paysages empreints de mystère, personnages rudes et fiers, dualité ville et campagne marquent ce roman beau et âpre qui inscrit pour la première fois dans Terres de France le caractère unique du Berry. (4ème de couverture)

     

    Un livre que j'ai aimé où la vielle est présente du début à la fin.............

     


    13 commentaires
  • Tais-toi et rame.....

    Balade en négo-chin sur le Rhône en juin 2014  (Photo perso) 

     

    Tout homme est tiraillé entre deux besoins, le besoin de la Pirogue,

    c’est-à-dire du voyage, de l’arrachement à soi-même, 

    et le besoin de l’Arbre, c’est à dire de l’enracinement, de l’identité,

    et les hommes errent constamment entre ces deux besoins

    en cédant tantôt à l’un, tantôt à l’autre ;

    jusqu’au jour où ils comprennent que c’est avec l’Arbre qu’on fabrique la Pirogue.

    (Mythe mélanésien de l’île du Vanuatu)

     

    Tais-toi et rame.....

    Aujourd'hui j'en suis à mon 24 ème jour sans connexion internet, ni télévision, ni téléphone fixe et toujours pas d'explications de la part de S.F.R....... Un responsable devait m'appeler hier avant 15 heures, j'attends toujours. Par contre le service facturation lui fonctionne très bien, nous avons bien reçu notre facture.

    En attendant je rame sur wifi public, quand j'ai du réseau.............

     

    Alors si par hasard une personne de chez S.F.R. lisait ce post, on ne sait jamais on peut rêver, il peut encore me contacter, avant que je ne prenne la pirogue...sarcastic

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Salut Lény

    Leny Escudero et Léo Ferré à Montauban en 1992

    (Photo prise sur le site de Lény Escudero)

     

     

    Il est parti discrètement rejoindre les étoiles hier........

     

    Hasard du calendrier, samedi prochain je vais retrouver "mes cancres"........

     

    Salut Lény

    Combien seront là parmi ceux présents sur cette photo de 1965,

    50 ans !!! il y en aura peut-être que n'ai jamais revu depuis ??? 

     

     

     


    23 commentaires
  • L'Arlésienne

    Une Arlésienne est une habitante de la ville d'Arles mais c'est aussi un personnage né d'un conte d'Alphonse Daudet en 1866.

     

    Dans cette histoire, un jeune homme, Jan, veut épouser une jeune Arlésienne dont il est tombé amoureux après l'avoir rencontrée une seule fois. Des fiancailles, une grande fête, sont même organisées, mais en l'absence de la " fiancée ".

    Puis, au cours de la soirée, un homme arrive qui lui indique ainsi qu'à son père que la fille était sa promise et n'était qu'une " coquine ".

    Désespéré Jan devient longtemps taciturne puis, pour donner le change à sa famille, fait la fête mais sans oublier pour autant sa belle. Il finit par se suicider sous les yeux de sa mère.

     

    C'est de cette personne attendue sans cesse et qui ne vient pas que, par extension, l'Arlésienne a fini par désigner toute personne ou chose qu'on attend et qui ne se présente ou n'arrive jamais, comme ma connexion internet qui a disparu depuis mardi matin et n'est pas encore revenu...........

     

    J'espère que SFR ne va pas me jouer l' Arlésienne sur ce coup là !!!

     

    L'Arlésienne

    De biens jolies Arlésiennes qui, elles, n'ont pas hésité à braver les intempéries hier à Port Saint Louis du Rhône.

    Je vous souhaite un bon dimanche !!!


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires