• Des chevaux dans la ville.........

    Des chevaux dans la ville.........

    Le cheval Camargue se reconnaît à l'âge adulte par sa robe gris clair. Pourtant, le poulain naît bai brun,  et ce n'est que vers 4-5 ans que son pelage s'éclaircit.

    Des chevaux dans la ville.........

    Il vit en semi-liberté dans les marais et les enganes (prairies de salicornes en Camargue) été comme hiver. (source wikipédia)

     

    Des chevaux dans la ville.........

    Pourtant on les croise parfois en ville..........

     

    Des chevaux dans la ville.........

    Des chevaux dans la ville.........

    Samedi 24 septembre, avait lieu la bénédiction

    des chevaux de l'écurie Saint Louisienne.

     

    Des chevaux dans la ville.........

    Des chevaux dans la ville.........

    Les participants ont ensuite défilés dans les rues de la ville sous un soleil radieux

     

    Des chevaux dans la ville.........

    Samedi 1er octobre, c'est sous un ciel maussade que s'est déroulée la "Roussataïo" organisée par l'association de protection des traditions locales.

     

    Des chevaux dans la ville.........

    La roussataïo est une tradition d’'antan, c'est l'occasion de faire traverser le village par des juments poulinières, escortées par les gardians.

    Ainsi va la vie en Camargue !!!

     

     


  • La Route des Gitans

    ( Photos trouvées sur le net )

     

    Quatrième de couverture :

    Dans une Pologne exsangue et dévastée par la guerre, une Allemagne en proie aux bombardements alliés, où la délation est monnaie courante, Sara la petite danseuse gitane et Franz le déserteur sont pourchassés par la Gestapo.Inspirée par des faits réels, La Route des Gitans est l’histoire de la rencontre improbable de deux mondes. C’est aussi l’histoire bouleversante d’une fuite éperdue et d’un amour tragique.Issu de la culture des Gens du voyage, Miguel Haler nous entraîne dans une époque déjà lointaine où les Gitans du nord de l’Europe parcouraient les routes dans des roulottes de bois tirées par des chevaux et nous livre, avec émotion, leur « presque » testament.Il existe peu de témoignage du Samudaripen " le Génocide oublié " Celui des Tziganes et des Gitans qui fut perpétré par le régime nazi entre 1938 et 1945.Ce livre, hommage rendu aux Gens du voyage et acte de mémoire, nous en parle avec justesse et passion.

     

    Ma dernière lecture, un livre que j'ai trouvé par hasard dans une librairie de Tarascon (13) et que j'ai lu d'une traite hier.........

     

    Avertissement de l'auteur :

     

    Cet ouvrage est un roman. Les noms des protagonistes sont fictifs, mais toutes ces personnes ont réellement existé. Quand aux exactions et avalanches d'atrocités commises par le régime nazi et décrites dans ce livre, elles sont toutes authentiques  et absolument vérifiables.

     

     

    Extrait de la préface de Joseph Joffo   (l'auteur d'un sac de billes)

    Miguel Haler qui est l'un des guitaristes qui joue pendant les célébrations du pélerinage des Gitans aux Saintes Maries de la Mer, à la suite d'une confidence qu'on lui a faite un soir dans une caravane, nous livre ce boulversant roman.

    Ce livre est non seulement l'une des plus belles histoires d'amour que j'ai lue, mais c'est aussi un formidable plongeon dans la vie, les habitudes et les coutumes de ces hommes et femmes, au temps où ils se déplaçaient avec des roulottes tirées par des chevaux.

     

    Mais ce n'est pas tout, ce livre est aussi un témoignage poignant sur les persécutions que ce peuple de vagabonds a subies, à l'époque où règnait le régime barbare de "l'empire" hitlérien.

     

    Créée en 1972  et interprétée parLa Route des Gitans

    le guitariste écrivain Miguel Haler

    La danse du Fou: l'original

     

    Pour visiter son site, clique sur la photo

     

     

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires