• Roquemaure 2019

    Beaucoup de monde et une belle ambiance dimanche 17 février 2019,

    pour la Fête de la St Valentin à Roquemaure (Gard).

     

    Roquemaure 2019

    J'ai demandé à Colette Faggiano, une amie Facebook, de m'écrire une poésie sur l'orgue de barbarie. Une belle performance de sa part car si elle maîtrise parfaitement la plume, en revanche elle connait très mal le monde des tourneurs de manivelle :

     

    << Dans cette rue pavée

    Chantait un homme,

    Accompagné de son ami le singe.

    Une douce mélodie résonnait de son orgue de barbarie.

    Une foule pourtant pressée

    Se faufila dans cette ruelle,

    Pour écouter l'inconnu.

     

    De cet instrument ou émanait une magie,

    Les couples amoureux de mirent à valser.

    Au grand plaisir de cet homme un peu mystérieux,

    Et de ce singe savant qui ne savait pas chanter.

    Celui-ci sauta sur le trottoir

    Tendant la main devant ces braves gens.

     

    Les gosses se mirent à rire

    En cadence de l'écho des petits cris qu il émettait.

    Certaines personnes déposèrent alors dans sa main,

    Quelques pièces, tout en souriant.

    De ci delà...

    On remarquait de vieux couples qui s'enlaçaient de souvenirs.

     

    Dans cette ruelle éclairée par les lampadaires,

    Il y avait ce côté festif,

    Qui remplissait les rues du quartier.

    C était peut être un gitan,

    Mais son immense talent enchantait ,

    Hommes femmes et enfants.

     

    Il y avait quelques pas parfois maladroit,

    Pour se réchauffer dans ce vent glacial.

    De ces refrains qui n avaient pas de fin,

    L homme tournait la manivelle,

    Faisant danser les demoiselles.

    D un petit tour d'éclair,

    Il était venu un soir d'hiver.

     

    Cette musique mélodieuse

    Semblait bercer la foule,

    Ainsi glorieuse de tous les réunir.

    A la fin de la cérémonie,

    L'inconnu salua son humble public.

    Quelques applaudissements, des airs encore plein la tête,

    La foule se dispersa,

    Tandis que le ménestrel s'évapora dans la nuit. >>

     

    Roquemaure 2019

    Clique sur la photo pour retrouvez d'autres poésies de Colette Faggiano. 

     

    Un petit aperçu de la journée en photo avec une chanson de J. Deljehier

    "Toi musicien des rues"

     


    7 commentaires
  • Ma petite roulotte

    Dans les années 1980/90, il y avait un musée des roulottes à Pioch-Badet, entre Arles et le Saintes Maries de la Mer (Bouches du Rhône). Des photos d'époque scannées que j'ai déjà mises sur ce blog........

     

    Ma petite roulotte

    ( Avec mon fils en 1990 )

     

    Ma petite roulotte

    Ma petite roulotte

    Quelques photos de l'intérieur des roulottes......

     

    Ma petite roulotte

    Ma petite roulotte

    Il y avait aussi un cirque miniature exposé dans une vitrine géante.

     

    Ma petite roulotte

    Et puis ce jour là il y avait également une artiste qui peignait des tableaux et des pierres. Aujourd'hui tout cela à disparu, il me reste quelques photos, de merveilleux souvenirs et ............

     

    Ma petite roulotte

    Un caillou peint par cette jeune femme, caillou que je garde précieusement dans ma malle aux trésors !!! (c'est à ce jour la plus petite roulotte de ma collection)


    7 commentaires
  •  

    Payer en monnaie de singe

    (Avec Michel CORRADI : magicien, ventriloque, marionnettes à fils et mentaliste)

     

    Quand un singe ventriloque rencontre un singe mélomane, de quoi parlent-ils ?

    De monnaie de singe !!! yes 

    Payer en monnaie de singe est une expression française qui évoquait à l'origine une sorte de paiement en nature. Aujourd'hui, elle signifie d'utiliser une monnaie d'échange non convertible en argent voire « ne pas payer »

     

    Payer en monnaie de singe

    Selon les livres des métiers du 13ème siècle, lorsque le roi Louis IX décida d’instaurer un péage à l’entrée du pont qui enjambait la seine entre Paris et l’île de la Cité, les habitants de la capitale devait alors s’acquitter de quatre deniers pour pouvoir traverser. Le règlement prévoyait des exemptions pour certains métiers. Ainsi, les jongleurs, les acrobates ou les montreurs de singes qui se rendaient sur l'île pour y donner des spectacles pouvaient passer gratuitement. Mais, pour cela, ils devaient prouver à la personne chargée de récupérer la taxe qu'ils étaient bel et bien saltimbanques : ils devaient donc réaliser un petit tour, une acrobatie, un numéro de jonglerie ou un numéro avec leur singe.

    Ainsi ils payaient en monnaie de singe. (Source Wikipédia)


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires