• Pensées positives 

    Aujourd'hui c'est la St Gaston, je souhaite une bonne fête à mon pote.........

     

    J'ai profité du mauvais temps de ces derniers jours

    pour faire le tri dans mes photos.......

    Pensées positives

    J'ai scanné ces photos oubliées que j'avais prises lors d'une expo, avec l'autorisation de l'artiste. Ce sont des peintures sur des ardoises brutes.

    Pensées positives

     

    Pensées positives :

    Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
    Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine .
    Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
    Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
    Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
    Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
    Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
    Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes .
    Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
    Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse .
    J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter..
    Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés.

    Car au milieu de la désolation, il y aura toujours un enfant qui nous regardera, plein d’espoir, attendant quelque chose de notre part et même si nous sommes au milieu de la tourmente, le soleil surgira toujours de quelque part et au milieu du désert poussera une plante.
    Il y aura toujours un oiseau qui chantera pour nous, un enfant qui nous sourira et un papillon qui nous fera cadeau de sa beauté.

    Mais… si un jour tu vois que je ne marche pas, que je ne souris pas ou que je me tais, alors approche-toi seulement de moi et donne-moi un baiser, tiens-moi dans tes bras ou offre-moi un sourire.
    Ce sera suffisant, car j’aurai sûrement oublié que la vie m’a accablé et m’a surpris pendant un moment.
    Seulement un geste de ta part me fera retourner à mon chemin
    Ne l’oublie jamais.........  (auteur inconnu)


    9 commentaires
  • Quelques photos que j'ai rapportées de mon passage en Bresse (Ain) en septembre 2014. J'en ai déjà mis quelques unes sur le blog mais aujourd'hui je reviens plus en détails sur "la cheminée sarrasine"

     

     

    La cheminée sarrasine ou cheminée sarrazine est un type de cheminée typique de la région naturelle de la Bresse, en particulier sur les toits des fermes bressanes. On peut la trouver, en moindre quantité, dans d’autres régions.

    À l'extérieur, cette cheminée typique a l'aspect d'un minaret ou d'un petit clocher. Généralement surmontée d'une croix, elle correspond avec un foyer placé au centre de la pièce, dont on pouvait faire complètement le tour. C'est une cheminée inspirée de celle de la hutte primitive, feu central et fumée s'échappant par un orifice au centre de la toiture. Cette ouverture devant être fort large, on dut parer à l'inconvénient qui pouvait résulter de la pénétration de la pluie et du vent, en la surmontant d'une cheminée très élevée, munie d'étages superposés, de baies latérales, tout comme les lanternes des clochers. (source wikipédia)

     

     

    Sous l'avant toit un balcon qui servait également d'abri pour le vélo, la cage à fromage et les épis de maïs.........

     

     

    A l'intérieur de l'unique pièce, le foyer et le chaudron, le conduit pour évacuer la fumée, la table et au dessus une poutre où chacun rangeait ses couverts. (je me souviens quand j'étais gosse, les anciens racontaient que le maître de maison avait un couteau pliant, quand il avait fini de manger il le pliait en le faisant claquer et les ouvriers devaient également avoir terminés et se lever pour aller travailler).

    Au fond de la pièce on peut remarquer le lit, fermé par des rideaux.

     

     

    Et je termine avec quelques photos pour sourire,

    prises en Bresse également.............

     

     

    Bonne journée à tous !!!!


    11 commentaires
  • Bienvenue dans mon nouvel espace

    (sans pub, enfin j'espère...........)

     

    Il va falloir un peu de temps pour que je m'habitue,

    mais ça devrait aller !!!!


    7 commentaires
  •  
    amour-et-musique-copie-1.jpg
    (Photos persos prises en Italie)
     
    "On écrit sur les murs le nom de ceux qu'on aime" chantait Demis, aujourd'hui c'est "Rain And Tears". Souvenirs, souvenirs................
     

    7 commentaires
  •  

    pont-blog.jpg

    Entre Cévennes et Camargue coule un fleuve agréable, le Vidourle......

     

     som-2.jpg

    Les mouettes se font coquettes pour épater les canards.....

     

    som-1.jpg La balustrade et le platane forment un vieux couple,

    ils sont désormais inséparables..........

     

     som-4.jpg

    Tranquille "le Vidourle" ??? Pas toujours, il lui arrive parfois de se mettre en colère en cas de "Vidourlade" (crues dangereuses) 

     

    Ce week-end c'est le mistral qui est colère, il ne fait pas bon se promener au bord du Rhône. Il existe de nombreuses légendes sur le mistral, en voici une que j'ai trouvée sur le net :

     

    << Le mistral, bien qu'il soit le maître de tous les vents, il n'en demeure pas moins qu'il hante la Provence. Il balaie de son souffle les terres, on dit que le mistral est un vent grincheux et impérieux.


    On prétend qu'il prend naissance au sein des marais du Vivarais, sous l'arche géante d'un rocher ajouré d'où surgit son sonore bruit. Là, il se gonfle et amplifie ses tourbillons, renforce ses bourrasques, avant de partir en rafales.

     

    Inquiets devant ses imprévisibles accés de colère, des villageois décidèrent un jour de le "barricader". Pendant que le mistral était calme, les habitants clouèrent sur chaque pilier du bloc, de solides planches, très dures et très épaisses. A son réveil, le mistral se mit à souffler sur ces planches, mais elles resistèrent à sa forçe ravageuse et à ses accès de colère. Le mistral fût prisonnier et ne put s'évader.
     

    Le Mistral, très fâché, leur dit:

    - Quand je parviendrai à me libérer, je déracinerai tout sur mon passage, les tuiles, les arbres, les clôtures. Il ne restera rien!
     - Raison de plus, pour te laisser enfermé... s'écrient les villageois.
    - Je vous maudis ! dit le mistral.
    - Que tout soit désolation. Que vos terres soient infestées de moustiques. Que l'eau soit en putréfaction et que vos maisons soient sales. Que les fièvres fassent périr vos enfants et vos vieillards ! Ainsi vous regretterez vos agissements...


    L'été venu, une chaleur insoutenable s'abattit sur la Provence. Bientôt se manifestent les signes avant-coureurs d'une épidémie. Des odeurs effroyables envahissent les rues et ruelles. Des insectes agressifs piquent les enfants à la peau veloutée et les anciens à la peau ridée.
     Tous les malheurs du monde semblent s'abattre sur le village. Ils décident alors de libérer le vent, car son passage dans la région était finalement bénéfique. Il asséchait les terres détrempées, dissipait les nuages et les brumes étouffantes. Il aidait aussi à mûrir les fruits. Il faisait du bien à la nature.

    Les villageois décidèrent, donc, de libérer le vent.

    - Sinon, la peste s'abattra sur nos troupeaux. Il vaut mieux être transpercés de froid et qu'il emporte quelques branches sur son passage, plutôt que de prolonger cette mauvaise plaisanterie.

    Le mistral entendit une partie des débats entre paysans et prit la parole. Il promit doucement:

    - Si vous me laissez sortir, je ne déracinerai pas vos arbres fruitiers, les tuiles de vos maisons, les clôtures de vos jardins...

    Tous furent perplexes, mais finirent par le libérer.

    Aussitôt, le mistral s'engouffra dans l'ouverture et se rua dehors. Les paysans , muets et craintifs, attendaient sans bouger. C'est alors, qu'un enfant, s'approcha du maître des vents, et protesta:

    - Et ta promesse, alors ?

    Le vent déchaîné s'apaisa tout de suite.  Subitement, il câlina les arbres, il frôla les tuiles des maisons, il chatouilla les clôtures des jardins.

     

    Bientôt, les misères qu'avaient enduré les braves paysans furent reléguées au rang des  mauvais souvenirs, le mistral s'en alla alors souffler ailleurs, dans la vallée du Rhône, grondant et grommelant vers les plaines du midi ...

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique