• La mule du Père Framboise

    Vous connaissez ma passion pour les contes, en voici un que j'ai trouvé sur le blog de Sylvie Damagnez "Hautes Alpes Insolites" et que je partage avec son aimable autorisation. Pour voir son blog cliquez ici.

     

    " Il y avait un temps où l’on disait que la nuit de Noël, pendant la messe de minuit, les animaux de l’étable avaient le pouvoir de parler et on savait aussi qu’il était interdit d’essayer de les surprendre… 

    Ambroise, surnommé Framboise, avait conduit pendant des années la diligence entre Grenoble et Briançon, douze heures de voyage par tous les temps. 

    Pendant des années, drapé dans l’uniforme bleu nuit à parements rouges, l’uniforme de la Compagnie Générale des Messageries du Dauphiné, il avait conduit la diligence qui reliait Grenoble à Briançon. Douze heures de voyage par tous les temps, avec le passage du col du Lautaret à plus de 2000 mètres, par la petite route impériale ! Avec les abîmes le long de la Romanche et les jours de malchance, un essieu qui casse ou une roue qui prend feu.

     

    La mule du Père Framboise

      Ah ! qu’il avait belle façon quand il faisait claquer son fouet au-dessus de la croupe de ses six chevaux attelés deux par deux. Car la route, en ce temps-là, était bien trop rude et difficile pour sa mule seule. Et, dans la Rampe des Commères, vers le Freney d’Oisans, elle grimpait tellement que les voyageurs devaient descendre et marcher derrière la voiture pour soulager le chargement. C’était l’occasion de se délasser un peu les jambes et aussi la langue, d’où la dénomination du lieu. 

    Quand il eut trop de rhumatismes pour continuer de transporter les voyageurs, il s’en retourna vivre chez son fils qui exploitait une ferme en Guisane, et tomba malade l’automne suivant. Il ne put accompagner sa famille à la messe de minuit.

     

    La mule du Père Framboise

    En ce temps-là, dans nos villages, les familles et les bêtes étaient réunis sous le même toit pour profiter de la chaleur des animaux et résister aux longs et cruels hivers. Tandis que tout le village était rassemblé à l’église, le père Ambroise se retrouva seul tout près des bêtes, une bouteille d’eau de vie à portée de main, bien décidé à vérifier cette histoire. Que se passa-t-il cette nuit-là ? Nul ne le sut jamais précisément, mais, au retour de la messe la famille trouva le vieil homme dans un état d’exaltation hors de l’ordinaire, la sueur ruisselant de son front. On avait de la peine à saisir ses paroles tellement il parlait vite et de manière incohérente : « Les bêtes ont parlé durant toute la messe. Je les ai entendues de mes propres oreilles. Je les ai en-ten-dues, comme je vous entends présentement ! Je n’ai pas tout compris, mais je sais ce que ma mule m’a dit ! Je lui ai demandé ce que je ferai le lendemain et elle m’a répondu : Demain, mon bon maître, tu fêteras Noël avec tous les tiens, mais, dans trois jours, nous referons un bout de route ensemble, et comme au bon vieux temps, tu seras, une fois encore, le héros du voyage ».

    Le lendemain, il fêta Noël, il avait retrouvé sa bonne humeur et personne ne souffla mot de la conversation de la veille. Mais, son état déclina rapidement et il mourut deux jours plus tard. Dès le lendemain, la neige et le vent qui soufflaient en rafales, précipitèrent la décision de porter son corps à la terre. Mais, tous les chevaux du village étaient apeurés par la tempête, aucun ne se laissa atteler au corbillard, sauf la mule du père Ambroise. Elle devant, lui derrière, dans sa caisse, avec un contentement étrange sur le visage… alors qu’ils traversaient le village jusqu’au cimetière, tous les villageois les regardaient dubitatifs et s’interrogeaient. Comment avait-il pu connaître la date de sa mort ? Comment a-t-il su que seule sa vieille mule accepterait de braver la tempête ???  Comment ???  A moins que….........

     

    André Jouve, d’après le récit de Claudia Prat – « Il était une fois dans les Hautes Alpes » - Contes hauts alpins publiés par le « Club de l’Authentique » - Adaptation Hélène Loup

     

    Je vous souhaite à tous un Joyeux Noël !!!

    « Noël en Camargue Kathy DauthuilleMeilleurs Voeux »

  • Commentaires

    13
    Vendredi 3 Janvier à 08:43

    Merci Robert

    12
    Mercredi 1er Janvier à 06:33
    11
    Mardi 31 Décembre 2019 à 06:54

    bonne année 2020 bisous ti cœur

     

    a toi et toutes ta belle familles

    10
    Lundi 30 Décembre 2019 à 13:43

    allez a l'an 2020 bonne fin de 2019

    bisous

    9
    Mahina
    Samedi 28 Décembre 2019 à 17:37

    Noël est passé, et les contes restent!!

    8
    Samedi 28 Décembre 2019 à 08:39

    Je trouve ce conte très émouvant "gentille mule" les animaux comprennent tout. Je vous souhaite le meilleur pour l'année avenir en espérant que vous avez passé de très belles fêtes. Gros bisous 

    7
    Vendredi 27 Décembre 2019 à 13:01

    coucou superbe article bonne fin de semaine

    moi je profite du jardin au soleil

    bisous

    6
    Jeudi 26 Décembre 2019 à 19:58

    Bonsoir Robert

    Et bien j'aime bien ce conte on a toujours gardé au fond de soi un petit côté enfantin !!!

    Bonne soirée, bisous

    5
    Jeudi 26 Décembre 2019 à 16:56

    Merci pour ce très joli compte

    bisous 

    4
    Mercredi 25 Décembre 2019 à 17:22

    Je suis toujours bon public pour les contes, alors n'hésite pas à  en publier. J'aime ta photo des vaches

    3
    Mercredi 25 Décembre 2019 à 08:13

    Merci beaucoup pour ce très beau conte !Joyeux Noël à toi et bisous

    2
    Mardi 24 Décembre 2019 à 20:32

    Merci Robert pour ce conte que je connais de longue date ! Je te souhaite un joyeux Noël et à bientôt. Bisous

    1
    MD
    Mardi 24 Décembre 2019 à 14:03
    MD

    Moi aussi j'adore les contes ! Et celui-ci m'a bien plu, merci Robert :) et...Joyeux Noël !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :