• Voici venu le moment de préparer les Fêtes de Noël avec leur cortège de légendes, en voici une que je ne peux pas résister au plaisir de vous faire partager, trouvée sur la page Facebook de Santons Traditions.

    Le coup de mistral

     

    Le santon emblème de la Maison Fouque et chef d'œuvre de l'Art du Santon :

    le « Coup de Mistral © » est né en 1952, (comme moi wink2) de l'observation par Paul Fouque d'un berger avançant avec difficulté dans le vent.

    Le « Coup de Mistral © » est une création exclusive de la Maison Fouque. Il est déposé à l'I.N.P.I et délivré poinçonné et accompagné d'un certificat d'authenticité. Il existe dans plusieurs tailles, de 2 cm à 50 cm.

    Si le « Coup de Mistral © » et Renaude sa compagne sont unanimement considérés comme les deux chefs d'œuvre de l'art du santon, ce sont également les deux personnages de l'une des plus belles histoires d'amour écrites en Provence. Son auteur n'est autre que Paul Fouque qui a su les immortaliser dans l'argile pour que se perpétue leur souvenir et leur plus belle histoire d'amour :

    « Il était une fois un berger, que Paul Fouque avait surnommé « Le Coup de Mistral » car il le voyait souvent avancer avec difficulté face aux rafales du mistral, avec son bâton pour soutien et sa cape flottant au vent.

    Vers l'âge de vingt ans, ce berger, de son vrai nom Jean-Baptiste, tomba amoureux d'une jeune Arlésienne, jolie et intelligente, prénommée Renaude. Cupidon fit bien les choses puisque la belle jeune fille tomba également amoureuse de son prétendant. Jusque là, cela aurait pu faire un très beau mariage.

    Mais voilà, Renaude était la fille du propriétaire d'un grand mas de la plaine de La Crau et Jean Baptiste n'était autre que l'un des 50 bergers employés dans ce mas pour s'occuper de son immense troupeau. Le riche propriétaire terrien avait bien d'autres ambitions pour sa fille unique que ce pauvre berger parmi tant d'autres. Renaude était cultivée, elle avait des lettres comme on disait autrefois en Provence et disposait d'une dote conséquente qui attirait les prétendants. Mais face à l'amour de Renaude pour son berger tant aimé, le père ne put rien et se résigna en déclarant à sa fille : « Ecoute Renaude, si tu l'aimes, épouse-le, mais alors tu dois le faire en cachette, pour que les gens ne le sachent pas ! ». 

    C'est ainsi qu'après avoir été mariés en toute discrétion par le prêtre du village, Renaude et Jean-Baptiste partirent tous les deux pour s'installer dans une modeste cabane de La Crau. Ainsi commença une belle et longue histoire d'amour. Jean-Baptiste continua à exercer son métier de berger jusqu'à la fin de sa vie et Renaude le rejoignait souvent dans les pâturages, avec son panier, à l'heure du déjeuner. Parfois, ils venaient jusqu'à Aix-en-Provence avec leur charrette tirée par un cheval pour aller au marché de la Sainte-Barbe (le 4 décembre) et pour assister à la fête des rois le 6 janvier. Ils étaient heureux, et pour preuve de son amour, Renaude cousit sur chacun des pantalons de Jean-Baptiste un morceau de sa plus belle robe à fleurs .

     

    C'est la raison pour laquelle Le Coup de Mistral porte toujours un pantalon rapiécé au niveau du genou avec du tissu fleuri. Et surveillez bien, car de nos jours encore, la légende raconte Renaude et Jean-Baptiste s'aiment toujours autant et que les jours de grand mistral il n'est pas rare de les voir, côte-à-côte, traverser la plaine de La Crau ».

    Source texte : https://www.santons-fouque.fr/fr/p/10-le-coup-de-mistral

    Merci à "Santons Traditions" de m'avoir fait découvrir cette belle histoire.

     

    J'ai modifié la couleur du texte pour les personnes

    qui ne pouvaient pas lire sur leur téléphone !!!

     


    12 commentaires
  • Un petit billet sans importance, juste pour vous donner des nouvelles..........

    La lampe à Jules

    L'ombre d'un lampadaire sur une fresque murale, un câble électrique qui sort du mur en bas à droite et l'illusion est presque parfaite.........

     

    La lampe à Jules

    80 jours c'est à peu près le temps que je me suis absenté des réseaux sociaux,

    malheureusement je n'ai pas fait le tour du monde

    mais je vous rassure tout va bien !!!

     

    La lampe à Jules

    La cascade de Glandieu dans le Bugey (Ain)

    manque elle aussi cruellement d'eau.

     

    La lampe à Jules

    Eau source de vie, c'est ce que semble penser cette charmante sirène......

    Je vous souhaite une bonne journée, à bientôt !!!!


    8 commentaires
  • Les Gêts 2018

    Festival d'orgues de barbarie aux Gêts (74) les 21 & 22 juillet 2018

    Cette année le thème était : "le temps......"

     

    Les Gêts 2018

    Les rues étaient animées et très colorées.

     

    Les Gêts 2018

    L'occasion de faire de belles rencontres.........

     

    Les Gêts 2018

    Toujours dans la bonne humeur !!!

     

     

    Un pêle-mêle de photos avec une chanson d' Edith Piaf : Les orgues de barbarie.


    11 commentaires
  • Dans notre roulotte !!!

    Souvenirs des Gêts (Haute Savoie) juillet 2018..........

     

    Dans notre roulotte !!!

    La roulotte de Claude & Josiane (Cie Flonflon de rue)

    Claude étant le mari de Josiane, ne pas confondre avec

    notre amie Claude, à gauche sur la photo !!!

     

    Dans notre roulotte !!!

    Là à droite c'est une photo de moi, dans quelques années......... yes cool winktongue

     

     


    6 commentaires
  • Les Vieux.........

    Hier, avec mon ami Raymond, nous sommes allés rendre visite aux résidents de la maison de retraite de Port St Louis du Rhône.........

     

    Les Vieux.........

    Des chansons accompagnées à l'orgue de barbarie et quelques notes de musique avec divers instruments d'un collectionneur passionné !!!

     

    Un très joli texte signé Esther Granek, trouvé sur internet :

    C’est entre septante et nonante

    Qu’on voudrait prendre la tangente

    Refaire des galipettes encore

    Et tourner le dos à son sort.

     

    C’est entre septante et nonante

    Qu’on aime écouter les histoires

    Tout en sachant qu’on est la poire

    Des jolis rêves qui vous hantent.

     

    C’est entre septante et nonante

    Qu’on s’accroche d’une griffe affaiblie

    Aux années qui n’ont plus de prix

    Quand on voit le bas de la pente.

     

    C’est entre septante et nonante

    Qu’on tient le plus à ses pénates.

    De l’asile pourvu qu’on vous exempte

    Avant la dernière mise en boîte.

     

    Allez les septante les nonante !

    Cessez donc de broyer du noir

    Car aujourd’hui l’âge vient tard

    Vous êtes jeunets et les ans mentent.

     

    Allez les septante les nonante !

    Gaiement faites faire la culbute

    L’amour ne vous a pas dit zut

    Et soyez de ceux qui enchantent.

     

    Allez les septante les nonante !

    Faites honneur aux cochonnailles

    Et empiffrez-vous aux ripailles

    Et reprenez de ce qui tente.

     

    Allez les septante les nonante !

    N’avez point dit le dernier mot

    Et si l’on vous prend pour des sots

    Vous leur ferez voir qu’à nonante…

     

    Allez les septante les nonante !

    Allez les septante les… !

    Allez les sep… !

    Allez… !

     Ahhh…

     

    Et puis une chanson que j'adore.........

     

     

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique